Amphithéâtre, passé et avenir

Découverte

En juin 1996, un mur romain maçonné, épais de plus d’un mètre, apparaît lors des travaux de terrassement en vue de la construction d’un immeuble. La forme elliptique de ce mur ne laisse aucun doute aux archéologues: c’est l’amphithéâtre de Noviodunum. Ce nouveau monument, remarquable par sa taille et sa bonne conservation, est le sixième amphithéâtre mis au jour en Suisse après Avenches, Vindonissa, Augst, Martigny et Berne. Il est classé monument historique en 1997. La Ville de Nyon et le Canton de Vaud entament immédiatement des démarches en vue de la conservation des vestiges. Le site est mis sous des bâches plastiques.

Ampaer

En juillet 2012, pour éviter une dégradation définitive, les pierres de l’amphithéâtre sont déménagées vers le nouveau dépôt des musées de Champ Colin. Stockées sur des palettes, elles seront photographiées, étudiées et documentées.

Projets

En été 2000, forte des résultats d’un sondage d’opinion auprès de la population de la région et désormais propriétaire du terrain, la Ville décide, avec l’aide du Canton, de mettre en valeur le site sous la forme d’un lieu de visite archéologique et de spectacles. Dans ce but, un concours d’architecture à deux degrés est lancé, dont les résultats ont été rendus publics en avril 2002. Six projets ont reçu un prix et un lauréat a été distingué.

Les autorités remettent l’aménagement à plus tard. Une motion est déposée pour faire avancer les choses le 10 juin 2011. Ci-dessous, extrait du rapport de la commission chargé de l’étude de la « motion pour l’aménagement au service de la population du site de l’Amphithéâtre » 14 octobre 2011

Le premier projet « Jules », résultat d’un concours d’architectes en 2006, comporte 6 étapes prévues pour une mise en valeur jugée « grandiose » et très onéreuse par les commissaires. Il faut noter que depuis décembre 2009, il n’est plus possible d’attendre de l’aide financière de la part du Canton, ni de la Confédération à cause d’un moratoire sur les sites archéologiques.

Un nouveau projet « Jules II » (février-mars 2011) est conçu en 2 étapes et propose un aménagement intérieur pour rendre le site visitable, une tour et un mur scénique ainsi que la consolidation du mur d’enceinte.

Jules II diffère de Jules I sur les points suivants :

  • le projet est limité à la parcelle de l’amphithéâtre (le premier projet nécessitait l’achat de parcelles avoisinantes et un modifiaction lourde au parking de l’immeuble adjacent.).
  • l’infrastructure est limitée (pas d’infrastructure pour des spectacles).
  • la tour au sud et le mur à ouest sont maintenus, mais simplifiés.
  • il n’y a pas encore de préavis, simplement une intention de procéder.

La motion « Pour l’aménagement au service de la population du site de l’Amphithéâtre » est renvoyée à la Municipalité pour étude et rapport.

Ci-dessous, extraits du Rapport n° 88 : réponse à la motion M. le Conseiller communal Jacky Colomb du 10 juin 2011, concernant l’aménagement au service de la population du site de l’amphithéâtre

Jules II est budgeté à environ 8,5 millions. Un plan de quartier (PQ) « Amphithéâtre » a été envoyé à l’examen complémentaire en avril 2012. Le rapport a été adressé à la Municipalité en août 2012. Un nouveau Plan de quartier est établi en 2014. En cas d’acceptation, les travaux de réaménagement du site archéologique consisteront tout d’abord à protéger les vestiges. Dans un second temps, à créer les aménagements prévus dans le projet «Jules II».

4 février 2015 : Conseil Municipal : rapport sur l’adoption du plan de quartier “Amphithéâtre”, préavis 183. Le plan de quartier a été approuvé mais n’est pas encore en vigueur (oppositions).

Le passé

L’amphithéâtre de Nyon, situé au nord de la cité romaine, évoque immédiatement l’engouement qu’éprouvaient les Romains pour les spectacles. Dans l’amphithéâtre se déroulaient des spectacles dont les principaux éléments connus sont les combats de gladiateurs, les chasses (venationes), les exhibitions d’animaux sauvages et, parfois, des exécutions de condamnés à mort.
L’amphithéâtre de Nyon est construit en contrebas de la route menant au vicus de Lousonna/Vidy. Les dimensions de l’arène sont de 50 m dans son grand axe et de 36 m dans son petit axe. Deux portes permettent d’accéder à l’arène. Deux carceres, ces loges où l’on enfermait les animaux avant les spectacles, sont situés face à face. Plus de quatre cents monnaies ont été retrouvées dans l’arène en terre battue.

Deux inscriptions ont été mises au jour. L’une d’elles, qui mentionne l’empereur Trajan, permet de supposer que l’amphithéâtre, dans lequel pouvaient prendre place plusieurs milliers de spectateurs, a été construit au début du 2e siècle de notre ère.

Voir aussi : Pour mieux connaître l’amphithéâtre / François Perret-Giovanna. – In : Bulletin Pro Novioduno, n°23, septembre 1998, p. 4-8

Voir aussi le détail des fouilles sur le site d’Archeodunum : Nyon, Amphithéâtre