Patrimoine immatériel des Vaudois

[Image Vaud]


Un an de recherches aura été nécessaire au Canton pour lister le patrimoine immatériel vaudois, qui englobe selon l’Unesco «les traditions vivantes héritées de nos ancêtres et transmises à nos descendants». Le résultat de ce travail de fourmis est visible dès aujourd’hui sur le site www.patrimoine.vd.ch/traditions-vivantes.En tout, 69 traditions ont été répertoriées. Ainsi, les histoires de Oin-Oin ou le patois vaudois figurent dans la catégorie «traditions orales». La Fête des vignerons ou le Paléo appartiennent à la rubrique «Les arts du spectacle»; les Brandons ou le papet vaudois aux «pratiques sociales». On peut encore découvrir que le Messager boiteux a pris place parmi «les savoirs et pratiques concernant la nature et l’univers» et les boîtes à musique au rang des «connaissances et savoir-faire de l’artisanat traditionnel».Trente années d’existence au minimum
Pour réaliser cet inventaire, le canton s’est appuyé sur plusieurs critères. Les traditions devaient exister depuis plus de 30 ans et être ancrée dans une histoire locale. Le risque de disparition, l’originalité, l’impact touristique de la tradition ou encore l’identification de la population régionale à cette coutume ont aussi été pris en compte.Patrimoine vivant donc évolutif
La liste proposée par le Canton n’est pas figée. «Ce patrimoine n’est pas un patrimoine de musée ou d’archives, a affirmé Anne-Catherine Lyon, conseillère d’Etat en charge du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. Pour y figurer, il faut être vivant.» Un réexamen des traditions tous les cinq ou dix ans est donc prévu. Si les coutumes ne sont plus pratiquées, elles devraient disparaître de l’inventaire.

[Par Blandine Guignier, 24Heures, 16 janvier 2012]